• Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon

© 2019 Kumquat -  Certified life & business coach

Luxembourg

Belgique

info@kumquat.lu

Jour #2 du jeûne de 7 jours

J'ai commencé la journée en faisant la maligne tsais. Ça allait. Plutôt bien, même.

Bon j’avais faim c’est vrai. Mais pas plus que quand j’ai faim, en temps normal, en journée, quand le moment du repas approche.

La journée s’est plutôt bien déroulée. J’avoue que je suis plus affectée par la nuit blanche passée à cause de petit-d-homme-à-l-agonie-à-cause-de-la-grippe qu’à cause du jeûne.


Première constatation : j’ai la bouche pâteuse. Mais genre, vraiment vraiment vraiment pâteuse. Ça me fait penser à ce film comique dont je ne me souviens plus le nom, dans lequel l’acteur a soudainement la langue qui gonfle comme je ne sais quoi, et qui n’arrive plus à parler. Je n’ai pas la langue gonflée, hein, j’en ai juste la sensation.


Deuxième constatation : Les journées sont vraiment rythmées par les repas, je trouve. Je me suis surprise à plusieurs reprises à me dire, quand je prenais conscience de la sensation de faim : « Quelle heure est-il ? Est-ce bientôt la pause déj ou le repas du soir ? ». Ou bien « Allez, j’ai faim. Petite collation et hop ! ça repart ! ».

Et là evidemment, c’est la constatation : « Ah oui ! Mais mince ! Non je ne peux pas manger ».


Mon pote Domi m’a envoyé un message, hier. Pour marquer son soutien et me prévenir que la journée 2 – ou bien la 3 – est celle où on peut avoir des vertiges ou des maux de têtes. Bon. Rien eu du tout de ce côté-là. Ça sera pour le J3 à mon avis 😊


J’ai quand même un peu rêvé de burgers. Ou de pain. Le pain, j’avoue, c’est un de mes péchés mignons. Surtout frais sorti du four.


Mais voilà. Dans l’ensemble, rien à signaler pour la journée.


Par contre, le soir, ça a été vraiment pénible. Là, j’avais vraiment faim. Et j’ai du faire une méditation avant d’aller au lit, histoire de m’aider à surpasser ça car la faim m’empêchait de m’endormir. Pas de crampes d’estomac affreuses ni quoi que ce soit de douloureux, d’ailleurs, mais vraiment la faim qui tenaille et qui empêche de dormir. J’ai fini par y arriver. Et ça a été.


Et c’est ce matin, en me levant, que je me sentais vaseuse, groggy et que j’avais des vertiges. Mais ça, c’est pour le prochain compte-rendu. On va bien voir comment se déroule cette journée… 😉